Informations

Baldwin, Henry - Histoire


Juge associé
1830-1844

Baldwin est né à New Haven, Connecticut, le 14 janvier 1780. Il est diplômé de Yale en 1797. Il a déménagé à Philadelphie où il a étudié le droit et a été admis au barreau de Pennsylvanie. En 1816, Baldwin est élu à la Chambre des représentants. Il a été contraint de démissionner de la Chambre en 1822 en raison d'une mauvaise santé. Il a récupéré et est retourné à sa pratique du droit. En 1830, il a été nommé à la Cour suprême par le président Jackson, où il a servi pendant quatorze ans jusqu'à sa mort le 21 avril 1844


Hyde est né à Catskill, New York, le 15 février 1834, fils de Henry Hazen Hyde (1805-1873), un marchand prospère, et de Lucy Baldwin (née Beach) Hyde (1807-1846). Il a fréquenté les écoles publiques de Catskill et, à l'âge de 16 ans, son professeur a décidé de déménager à New York pour rejoindre le secteur en pleine croissance de l'assurance-vie. L'enseignant persuada Hydes de le rejoindre et tous trois devinrent des agents de la Mutual Life Insurance Company de New York.

Le jeune Hyde a travaillé pendant plusieurs mois à Honesdale, en Pennsylvanie, avant de décider de retourner à New York, où il est devenu employé pour Merritt, Ely & Company, une entreprise d'importation et de vente en gros de produits secs. Il y reste deux ans, puis revient à la Mutuelle, où son père vient d'être nommé aux postes de direction et de siège au conseil d'administration. Hyde est passé par le personnel du bureau à domicile pour devenir le caissier de l'entreprise.

Vie Équitable Modifier

En mars 1859, Hyde quitta Mutual Life et fonda sa propre société, Equitable Life Assurance Society of the United States. William C. Alexander a d'abord été président, et Hyde était vice-président et directeur général. Hyde a succédé à la présidence après la mort d'Alexandre en 1874, et est resté en poste jusqu'à sa mort.

Il a conduit l'entreprise à construire l'Equitable Life Assurance Building pour son siège social, achevé le 1er mai 1870, et a insisté pour que les premiers ascenseurs pour passagers soient installés dans ce qui était alors le plus haut immeuble de bureaux des États-Unis. [2]

En 1864, il était marié à Annie Fitch (1845-1922), une fille du capitaine Martin Halenbeck Truesdell et de Jane Maria (née Reed) Fitch. [3] Ensemble, ils étaient les parents de :

  • Anna Baldwin Hyde (1865-1865), décédée en bas âge. (1866-1938), qui épousa Sidney Dillon Ripley en 1886. Après sa mort en 1905, elle épousa le banquier Charles R. Scott en 1912. [4]
  • Henry Baldwin Hyde (1872-1880), décédé dans l'enfance. (1876-1959), [5] qui épousa Marthe Leishman (1882-1944), fille de John George Alexander Leishman et veuve du comte Louis de Gontaut-Biron. [6]

Il a été membre fondateur du Jekyll Island Club alias The Millionaires Club.

Hyde est mort à son domicile à New York le 2 mai 1899. [1] Il a été enterré au cimetière de Woodlawn dans le Bronx. [7] Sa veuve est décédée en 1922. [8] [9]

Héritage Modifier

Hyde a cherché à garantir que son fils James Hazen Hyde continuerait le contrôle de la famille sur l'entreprise après sa mort. Le jeune Hyde a été nommé vice-président de la société à 22 ans et avait 23 ans lorsqu'il a hérité d'une participation majoritaire dans la société. Aux termes du testament de son père, il devait assumer la présidence de l'entreprise en 1906, mais un effort concerté contre lui de la part du président actuel et de plusieurs membres du conseil d'administration a conduit James H. Hyde à quitter l'entreprise et à s'installer en France. .

Par son fils, il était le grand-père de Henry Baldwin Hyde (1915-1997), qui a épousé Marie de La Grange, une fille du baron Amaury De La Grange [10] et Emily Eleanor, la baronne De La Grange (fille de Henry T. Sloane), [11] en 1941. [12] Le frère de Marie était Henry-Louis de La Grange, musicologue et biographe de Gustav Mahler. [13]


Histoire de Baldwin, écusson de famille et armoiries

Baldwin est l'un des noms portés en Angleterre dans la grande vague de migration de Normandie suite à la conquête normande en 1066. Il est basé sur les éléments germaniques chauve, ce qui signifie gras, et vin, ce qui signifie ami ou protecteur.

Baudouin (mort en 1098) était abbé et médecin, "a moine de Saint-Denys, et a été fait prieur du monastère de Liberau, une cellule de Saint-Denys, en Alsace. Quand Edward le Confesseur a refondé le monastère de Deerhurst et l'a donné à St. Denys, Baldwin a été nommé prieur de cette nouvelle possession de sa maison. " [1]

"Baldwin de Moeles (d. 1100 ?) était le deuxième fils de Gilbert, comte d'Eu, qui était un petit-fils de Richard sans Peur, et l'un des gardiens de la jeunesse de Guillaume le Conquérant. " [1]

Baldwin (d. 1191), archevêque de Cantorbéry, est né à Exeter de parents pauvres. « Il a reçu une excellente éducation, à la fois dans l'apprentissage séculier et religieux, et avait un caractère élevé. " [1] "L'archevêque Baldwin, mort à Tyr en 1191, alors qu'il était engagé dans une croisade." [2]

Baudouin de Claire (fl. 1141) était le "fils cadet de Gilbert Fitz-Richard, de la branche aînée de la lignée de Gilbert, comte d'Eu, petit-fils de Richard sans Peur". Baudouin de Redvers (mort en 1155) était le fils aîné de Richard, comte de Devon, fils de Baudouin de Moeles. " [1]

Baudouin, le comte de Flandre (1172-1205), mena la quatrième croisade et devint le premier empereur latin de Constantinople (1204). Baudouin d'Exeter ou Baudouin de Forde (c.1125-1190) était évêque de Worcester en 1180 et archevêque de Cantorbéry entre 1185 et 1190.

Ensemble de 4 tasses à café et porte-clés

$69.95 $48.95

Les premières origines de la famille Baldwin

Le nom de famille Baldwin a été trouvé pour la première fois dans le Shropshire, où cette ancienne famille « était assise tôt à Diddlebury, (ou Delbury) à Coverdale, qui semble provenir de l'héritière de Wigley. Robert Baldwin de Diddlebury mourut en 1398 et était l'ancêtre de la famille." [3]

"Le Sieur de Baudewin, dont le nom apparaît du Rôle [de Battle Abbey] est devenu après la bataille de Hastings Catellan de Montgomery. Il n'y a guère de doute que ce chef normand était patriarche de l'ancienne famille de Bawdewin ou Baldwyn. " [4]

"La paroisse [de Witsbury dans le Wiltshire] faisait partie des possessions du prieuré de Breamore, fondé par Baldwin de Redveriis sous le règne d'Henri I. Il est situé sur les terres les plus élevées entre Hants et Wilts, offrant une vue étendue sur la New Forest, et vers le sud jusqu'à la mer sur une vaste étendue de pays fertile." [5]

La liste Hundredorum Rolls of 1273 : Stephen filius Baldewyn dans le Cambridgeshire Thomas Baldwyn dans l'Oxfordshire Robert Baldewyne dans le Cambridgeshire. [6] Plus tard, le Yorkshire Poll Tax Rolls de 1379 liste Johannes Bawdwyn.

Forfait Armoiries et histoire du nom de famille

$24.95 $21.20

Début de l'histoire de la famille Baldwin

Cette page Web ne montre qu'un petit extrait de notre recherche Baldwin. 87 autres mots (6 lignes de texte) couvrant les années 1905, 1545, 1563, 1632, 1547, 1532, 1593, 1640, 1644, 1620, 1696, 1691, 1659, 1618, 1683, 1659, 1585, 1500, 1295, 1307 et 1659 sont inclus sous le sujet Early Baldwin History dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Sweat à capuche unisexe blason

Variations orthographiques de Baldwin

Les patronymes normands se caractérisent par une multitude de variantes orthographiques. Les changements fréquents de noms de famille sont en grande partie dus au fait que les langues du vieil et du moyen anglais manquaient de règles d'orthographe définies. L'introduction du français normand en Angleterre, ainsi que des langues officielles de la cour, le latin et le français, a également eu des influences prononcées sur l'orthographe des noms de famille. Étant donné que les scribes médiévaux et les responsables de l'église enregistraient les noms tels qu'ils sonnaient, plutôt que d'adhérer à des règles d'orthographe spécifiques, il était courant de trouver le même individu avec des orthographes différentes. Le nom a été orthographié Baldwin, Baldwine, Baldwyn, Baldwyne, Baldwynn et autres.

Les premiers notables de la famille Baldwin (avant 1700)

John Baldwin (mort en 1545), juge en chef des plaids communs, membre de l'Inner Temple, était remarquable parmi la famille à cette époque. William Baldwin ou Bawden (1563-1632), était un jésuite originaire de Cornouailles. Un autre William Baldwin (fl. 1547), était "a west-countryman, a passé plusieurs années à Oxford dans l'étude de la logique et de la philosophie. Il est censé être le William Baldwin qui a supplié la congrégation des régents d'obtenir une maîtrise.
72 autres mots (5 lignes de texte) sont inclus sous le sujet Premiers notables de Baldwin dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Migration de la famille Baldwin en Irlande

Certains membres de la famille Baldwin ont déménagé en Irlande, mais ce sujet n'est pas traité dans cet extrait.
185 mots supplémentaires (13 lignes de texte) sur leur vie en Irlande sont inclus dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Migration Baldwin +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Les colons Baldwin aux États-Unis au XVIIe siècle
  • George Baldwin qui s'installe à Boston Massachusetts en 1620
  • Nicholas Baldwin, qui débarqua en Virginie en 1622 [7]
  • Hugh Baldwin, qui débarqua en Virginie en 1623 [7]
  • Jo Baldwin, qui débarqua en Virginie en 1635 [7]
  • William Baldwin, qui débarqua en Virginie en 1635 [7]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Les colons Baldwin aux États-Unis au XVIIIe siècle
  • Inc Baldwin, arrivé en Virginie en 1701 [7]
  • Edward Baldwin, qui débarqua dans le Maryland en 1753 [7]
  • Samuel Baldwin, qui débarque en Amérique en 1774 [7]
Les colons Baldwin aux États-Unis au XIXe siècle
  • Cath Baldwin, arrivée à New York, NY en 1812 [7]
  • Thomas Baldwin, qui débarqua à New York en 1822 [7]
  • Daniel Baldwin, qui a débarqué dans le comté de Washington, en Pennsylvanie en 1838 [7]
  • John P Baldwin, 31 ans, arrivé à Key West, Floride en 1838 [7]
  • Benjamin Baldwin, qui a débarqué dans le comté de Mobile, Ala en 1840 [7]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Migration Baldwin au Canada +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Les colons Baldwin au Canada au XVIIIe siècle
  • Mary et Richard Baldwin étaient planteurs en 1724 à Placienta, Terre-Neuve [8]
  • Rebecca Baldwin, qui a débarqué en Nouvelle-Écosse en 1749
  • Luke Baldwin, qui a débarqué en Nouvelle-Écosse en 1750
  • Mary et William Baldwin, qui se sont installés à Harbour Grace, Terre-Neuve en 1765 [8]
  • M. John Baldwin U.E. né à Philadelphie, États-Unis, établi à St. George, comté de Charlotte, Nouveau-Brunswick v. 1783 membre de l'Association Penobscot [9]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Les colons Baldwin au Canada au 19e siècle
  • Mary Baldwin, 21 ans, arrivée à Saint John, Nouveau-Brunswick en 1833 à bord du brick "Thomas Hanford" en provenance de Cork, Irlande
  • Mme Mary Baldwin, âgée de 25 ans qui a immigré au Canada, arrivant à la station de quarantaine de Grosse Isle à Québec à bord du navire "Wm S. Hamilton" partant du port de New Ross, Irlande mais est décédée à Grosse Isle en juillet 1847 [10]
  • M. William Baldwin, âgé de 2 mois qui a immigré au Canada, arrivant à la station de quarantaine de Grosse Isle à Québec à bord du navire "Wm S. Hamilton" partant du port de New Ross, Irlande mais est décédé à Grosse Isle en juillet 1847 [10]
  • M. John Baldwin, âgé de 2 ans qui émigra par la station de quarantaine de Grosse Isle, Québec à bord du navire "Free Trader" partant le 22 juin 1847 de Liverpool, Angleterre le navire arriva le 14 août 1847 mais il mourut à bord [11]
Les colons Baldwin au Canada au 20e siècle

Migration Baldwin en Australie +

L'émigration vers l'Australie a suivi les premières flottes de condamnés, de commerçants et de premiers colons. Les premiers immigrants comprennent :

Les colons Baldwin en Australie au XIXe siècle
  • Mlle Margaret Baldwin, (née en 1783), âgée de 30 ans, détenue irlandaise qui a été condamnée à Cork, en Irlande, pendant 7 ans, transportée à bord du "Catherine" le 8 décembre 1813, arrivant en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie[12]
  • M. Richard Baldwin, condamné anglais qui a été condamné dans le Surrey, Angleterre pendant 7 ans, transporté à bord de l'"Atlas" le 16 janvier 1816, arrivant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[13]
  • Maria Baldwin, détenue anglaise du Surrey, qui fut transportée à bord du "America" le 30 décembre 1830, s'installant à Van Diemen's Land, Australie[14]
  • William Baldwin, arrivé à Adélaïde en Australie à bord du navire "Hooghly" en 1839 [15]
  • Eliza Baldwin, arrivée à Adélaïde en Australie à bord du navire "Fairlee" en 1840 [16]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Migration Baldwin en Nouvelle-Zélande +

L'émigration vers la Nouvelle-Zélande a suivi les traces des explorateurs européens, tels que le capitaine Cook (1769-1770) : d'abord les chasseurs de phoque, les baleiniers, les missionnaires et les commerçants. En 1838, la British New Zealand Company avait commencé à acheter des terres aux tribus maories et à les vendre aux colons. une nouvelle vie. Les premiers immigrants comprennent :

Les colons Baldwin en Nouvelle-Zélande au XIXe siècle
  • William Baldwin, arrivé à Auckland, Nouvelle-Zélande à bord du navire "Stately" en 1851
  • M. William James Baldwin, (né en 1818), âgé de 33 ans, colon britannique né dans le Gloucestershire voyageant de Londres à bord du navire "Stately" arrivant à Auckland, Nouvelle-Zélande le 1er juin 1851 [17]
  • William Baldwin, 38 ans, batteur, arrivé à Auckland, Nouvelle-Zélande à bord du navire "Inchinnan" en 1852
  • Sarah Baldwin, 35 ans, arrivée à Auckland en Nouvelle-Zélande à bord du navire "Inchinnan" en 1852
  • Michael Baldwin, 11 ans, arrivé à Auckland, Nouvelle-Zélande à bord du navire "Inchinnan" en 1852
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Notables contemporains du nom Baldwin (post 1700) +

  • Alexander Rae "Alec" Baldwin (né en 1958), acteur américain nominé aux Oscars et aux Golden Globes, peut-être mieux connu pour son interprétation du président Donald Trump
  • Edward Alfred Alexander Baldwin (1938-2021), 4e comte Baldwin de Bewdley, éducateur britannique, pair héréditaire et membre Crossbench de la Chambre des Lords
  • Peter Baldwin (1933-2015), acteur britannique, surtout connu pour son rôle de Derek Wilton dans le feuilleton Coronation Street
  • Dalton Baldwin (1931-2019), pianiste collaboratif américain qui a réalisé plus de 100 enregistrements et remporté de nombreux prix
  • M. Nicholas Peter Baldwin C.B.E., British Chair for Office for Nuclear Regulation a été nommé Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique le 17 juin 2017, pour services rendus à la sûreté et à la sécurité nucléaires et au secteur caritatif
  • M. Neil Franklin Baldwin B.E.M. (né en 1946), le récipiendaire britannique a été nommé médaillé de la médaille de l'Empire britannique le 29 décembre 2018 pour services rendus à la communauté de Newcastle-Under-Lyme, Staffordshire[18]
  • M. Albert Henry Edward Baldwin M.B.E., récipiendaire britannique de l'Ordre de l'Empire britannique le 29 décembre 2018 pour services rendus à la communauté et services locaux à Sainte-Hélène [18]
  • Thomas Baldwin (1750-1820), architecte de la ville de Bath vers l'année 1775 à 1800
  • Maurice Scollard Baldwin (1836-1904), évêque anglican canadien de Toronto, Ontario
  • James Tennant Baldwin (1933-2018), designer industriel et écrivain américain, étudiant et ami proche de Buckminster Fuller
  • . (23 autres notables sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Événements historiques pour la famille Baldwin +

HMS Capot
  • M. Philip R Baldwin (né en 1924), matelot de 3e classe anglais servant pour la Royal Navy de Porthill, en Angleterre, qui a combattu et est mort dans le naufrage [19]
  • M. Kenneth E G Baldwin (né en 1905), Anglais Stoker 1ère classe servant pour la Royal Navy de Coleford, Gloucester, Angleterre, qui a navigué dans la bataille et est mort dans le naufrage [19]
HMS Royal Oak
  • Albert Stephen Baldwin (1905-1939), né à Battersea, Londres, Angleterre, premier signaleur britannique de la Royal Navy à bord du HMS Royal Oak lorsqu'il a été torpillé par le U-47 et coulé, il est mort dans le naufrage [20]
RMS Lusitanie
  • M. Thomas Baldwin, premier serveur anglais d'Angleterre, qui a travaillé à bord du RMS Lusitania et a survécu au naufrage [21]
  • M. Edgar Baldwin, premier serveur anglais de Wavertree, Liverpool, Angleterre, qui a travaillé à bord du RMS Lusitania et a survécu au naufrage [21]
  • M. Harry Bradley Baldwin, passager américain de 1ère classe de New York, New York, États-Unis, qui a navigué à bord du RMS Lusitania et est décédé dans le naufrage [21]
  • Mme Mary Margaret Baldwin, (n° 233e MacCauley), passagère américaine de 1ère classe de New York, New York, USA, qui a navigué à bord du RMS Lusitania et est décédée dans le naufrage [21]

Histoires liées +

La devise de Baldwin +

La devise était à l'origine un cri de guerre ou un slogan. Les devises ont commencé à être représentées avec des armes aux 14e et 15e siècles, mais n'étaient pas d'usage général avant le 17e siècle. Ainsi, les armoiries les plus anciennes ne comportent généralement pas de devise. Les devises font rarement partie de l'octroi des armoiries : sous la plupart des autorités héraldiques, une devise est un élément facultatif des armoiries et peut être ajoutée ou modifiée à volonté, de nombreuses familles ont choisi de ne pas afficher de devise.

Devise: Je n'oublierai pas
Traduction de devise : Je n'oublierai jamais.


Baldwin, Henry - Histoire

Cette branche de la famille Baldwin retrace sa lignée à Henry Baldwin de Woburn, Massachusetts. Un de ses fils, Benjamin Baldwin (1672/3-1759), est né à Woburn mais a déménagé et s'est installé à Canterbury, Connecticut vers 1700. Benjamin a épousé Hannah Knowlton avec qui il a eu huit enfants. Le fils de Benjamin, Timothy (1709-1722) a épousé Susannah Frost (décédée en 1795) et a eu six enfants. Timothy et Susannah ont eu leur fils David (1742-1826), connu sous le nom de capitaine David. David a épousé Esther Puffer (décédée en 1825) et a eu cinq enfants : Timothy (1775-1840), Festus (1777-1857), Susannah (née en 1780), David Clark (né en 1784) et Elijah (1783-1867). Elijah a reçu un diplôme honorifique de Yale en 1827, a pratiqué la médecine à Canterbury et a vécu dans la ferme familiale. Elijah épousa Hannah Bishop Burnham (1785-1866) en 1811.

Elijah et Hannah ont eu quatre enfants : Amy (1816-1842), Esther (1814-1844), Hannah (1812-1833) et Elijah, Jr. (1820-1888). Suivant les traces de son père, Elijah Jr. est diplômé de Yale en 1841 et a obtenu son diplôme de médecine à Harvard en 1845. Il s'est installé à Plainfield, Connecticut, où il a épousé Sarah Harris Mathewson (1826-1905) mais est retourné à Canterbury en 1855. Elijah et Sarah ont eu six enfants survivants : Hannah (1855-1917), Henry (1850-1918), Sarah (née en 1846) qui a épousé Brooks Hadley de Boston, Mass., Lucy (née en 1863), Helen (née en 1863). 1865) et Abram (né en 1860).

Portée et contenu

La collection de la famille Baldwin de Canterbury, Connecticut, se compose principalement de correspondance entre les membres de la famille de 1779 à 1917. Les échanges de lettres les plus importants ont eu lieu entre Amy, Esther, Hannah et son frère Elijah Jr. de 1830 à 1833. Trois lettres sont indexées dans la bibliographie afro-américaine de la SCH : les lettres d'Esther Baldwin, 4 mai 1833 et 29 juin 1833, et la lettre de Harriet B. Baldwin, 28 juillet 1833.

Elijah Baldwin Jr., sa femme Sarah et leurs enfants entretiennent leur correspondance entre 1865 et 1878. Ces lettres donnent un aperçu des inquiétudes d'une mère concernant la conduite, la santé, les études et les vêtements de ses enfants. Elle exprime également ses émotions face au départ de ses enfants de la ferme et donne fréquemment des conseils moraux. Parmi les correspondants d'Elijah Baldwin Jr. figure C. S. Brainard, un ancien camarade de classe, avec qui il échange des réflexions sur la science et la philosophie.

La correspondance est classée par ordre chronologique. Les lettres contiennent des actes et des arpentages, des comptes, des documents judiciaires, des exemptions militaires, des dossiers d'homologation, des actes de vente et des souvenirs politiques. Un document particulier de 1840 prédit les résultats des prochaines élections. Une description détaillée article par article de ces dossiers mixtes est disponible avec la collection.

A la correspondance et aux documents mixtes succède une série d'actes fonciers. Ceux-ci sont suivis de documents assortis classés par individu. Les papiers du capitaine David Baldwin comprennent la correspondance, les documents fonciers et financiers. Elijah Baldwin Jr. est représenté par de nombreux essais, l'un sur les avantages de l'étude de la biographie, et deux projets de lettres au président sur les thèmes de la tempérance et de "l'esprit de parti". Elijah affirme que les deux sont essentiels pour une république forte. Esther, Festus, Hannah, Hannah Burnham Baldwin et Henry sont tous représentés par une correspondance non datée et divers documents financiers tels que des factures, des notes, des comptes et des reçus.

D'un intérêt particulier parmi les documents sont deux dossiers de documents liés à la ville de Cantorbéry. Ceux-ci comprennent des documents fiscaux assortis, des registres de prise en charge des pauvres, des documents fonciers et des registres financiers.

La deuxième plus grande partie de la collection se compose de factures, de reçus, de comptes et de notes classés par personne, puis chronologiquement par mois. Les dossiers financiers d'Elijah Sr. et Elijah Jr. peuvent être entremêlés car ils se chevauchaient dans leurs professions et leur résidence de 1841 à 1855. Parmi les dossiers, les factures et les comptes d'Elijah Jr. pour la construction d'une maison.

Restrictions

Restrictions d'accès

Il n'y a aucune restriction d'accès à la collection.

Restrictions d'utilisation

L'utilisation du matériel nécessite la conformité avec les règlements du centre de recherche de la Connecticut Historical Society.


Juge Henry Baldwin

Nous connaissons l'illustre carrière du juge Henry Baldwin et sa place mineure dans l'histoire de Bridgeville depuis plusieurs années. Nous savons qu'il a construit une maison d'été, Recreation, dans ce qui est maintenant le quartier Greenwood à Bridgeville au début des années 1800, qu'il a finalement vendu à Moses Coulter en 1818.

Nous savons que l'extrémité est de Station Street était à l'origine une route de campagne menant de Washington Pike à Recreation. Nous savons que Coulter a vendu Recreation à la famille Walter Foster en 1842. Ils l'ont à leur tour vendu au Dr William Gilmore en 1879, qui l'a légué à sa fille, Capitola, à sa mort. Elle a épousé Ulysse. L. Donaldson en 1888, la famille Donaldson l'a entretenu jusqu'à sa démolition au milieu des années 1900.

Notre étude des cahiers d'exercices de Pop Ferree documentant les premières transactions immobilières dans la région de Bridgeville a révélé des informations suggérant que le juge Baldwin a joué un rôle beaucoup plus important dans le développement de notre communauté que nous ne l'avions réalisé. Par conséquent, il convient de faire le point sur sa carrière et de discuter ensuite de ce rôle.

Henry Baldwin est né à New Haven, Connecticut, en 1780. Il est diplômé de Yale à l'âge de dix-sept ans et a ensuite étudié le droit à la Litchfield Law School pendant un an. En 1799, il s'installa dans l'ouest de la Pennsylvanie et fut élu premier procureur de district du comté de Crawford.

En 1802, il était à Pittsburgh, combinant une pratique juridique réussie avec des investissements lucratifs dans l'industrie sidérurgique. Après la mort de sa femme Marina Baldwin a épousé Sally Ellicott en 1805. Avec son associé, Walter Forward, et leur ami proche, Tarleton Bates, Baldwin était membre de « The Great Triumvirate », un trio de trois « constitutionnalistes » dévoués soutenant Gouverneur McKean.

En 1805, ils prirent le contrôle de "The Tree of Liberty", le deuxième journal de Pittsburgh, un organe démocrate-républicain créé en opposition à la "Weekly Gazette" de John Scull, une publication à tendance fédéraliste.

La discorde au sujet de la campagne de réélection de McKean a finalement conduit à la mort de Bates lors d'un duel le 8 janvier 1806. C'était le dernier duel à se dérouler à Pittsburgh. La mort de Bates a été un choc majeur pour Baldwin. Le site du duel est la fin de Bates Street, à la rivière Monongahela.

En 1816, Baldwin a été élu à la Chambre des représentants des États-Unis, où il a exercé trois mandats. Alors qu'il était au Congrès, il a gagné la gratitude d'Andrew Jackson pour avoir défendu l'invasion non autorisée de la Floride espagnole par Jackson en 1818. Il a ensuite soutenu la candidature infructueuse de Jackson à la présidence en 1824 et son succès quatre ans plus tard.

Jackson a récompensé la loyauté de Baldwin en le nommant secrétaire au Trésor. La forte opposition du vice-président John C. Calhoun, qui craignait la préférence de Baldwin pour les tarifs, a fait dérailler cette tentative. À la mort de Bushrod Washington, Jackson a nommé Baldwin juge associé de la Cour suprême des États-Unis en 1830. Il a siégé à la cour jusqu'à sa mort en 1844.

Les années de Baldwin à la Haute Cour ont été significatives. Il est crédité d'avoir initié la pratique de publier des opinions dissidentes sur des verdicts non unanimes. John Marshall était juge en chef, il avait l'habitude de rendre des décisions sans explication des arguments opposés. Baldwin a choisi de publier indépendamment l'opinion dissidente, le compte rendu permanent de l'autre côté du débat.

Deux de ses dissidences sont citées dans Wikipedia. Dans « Worcester vs Georgia », 1832, il a affirmé le droit de l'État (Géorgie) de nier la souveraineté des Indiens Cherokee en tant que nation. De même, dans « Groves vs. Slaughter », 1841, il a confirmé la classification des esclaves comme « propriété », un précédent suivi plus tard dans la décision « Dred Scott ».

Baldwin est mort en 1844. Son héritage est constitué de ses dissidences publiées et d'un document remarquable qu'il a écrit en 1837 dans lequel il préconisait une position centriste entre les deux factions judiciaires extrêmes, les interprètes stricts de la Constitution et les évolutionnistes. On aurait aimé être à la Haute Cour aujourd'hui.

Une entrée remarquable dans le classeur de Pop Ferree, le 8 novembre 1813, enregistre la vente de 2023 acres de terrain dans la région de Bridgeville, par Presley Neville, à Henry Baldwin pour 32 000 $. Le terrain comprend six sites majeurs - Wingfield (588 acres), Reno (310 acres), Bower Hill (256 acres), Redman's Place (265 acres), Sidgefield (404 acres) et Wheatfarm (200 acres).

Se référer à l'Atlas des garanties du comté d'Allegheny nous donne une bonne idée de ce que cela englobait. Wingfield était la propriété d'Alexander Fowler du côté est du ruisseau Chartiers, de Bridgeville au sud jusqu'à Mayview (maintenant connu sous le nom de Hastings). Reno est le mandat de Benjamin Rennoe qui couvrait la majeure partie de Bridgeville au nord-est de Station Street. Les quatre autres occupent le coin sud-ouest du canton de Scott, délimité par Painter's Run au sud et Scrubgrass au nord.

C'est un bloc de terre impressionnant pour un seul homme à posséder. Presley Neville était fortement impliqué dans l'immobilier dans cette région à l'époque bien qu'il ait déménagé à Pittsburgh, où il a exercé les fonctions de Burgess de 1804 à 1805. Il aurait été la personne idéale pour organiser une telle transaction. Il a en effet conservé la propriété de « Woodville » à cette époque.

Les motivations de Baldwin pour un tel mouvement sont un casse-tête. Peut-être était-il un spéculateur foncier ou peut-être un investisseur sérieux avec des plans ambitieux pour cette région. Le prix qu'il a payé, 16,00 $ l'acre, semble excessif. George Washington avait vendu sa propriété de Miller's Run pour 4,25 $ l'acre vingt ans plus tôt. Trente-deux mille dollars en 1813, c'était une fortune, équivalant à cinq ou six millions de dollars aujourd'hui.

En tout cas, le quartier de Greenwood faisait partie du mandat de Rennoe et nous supposons que 1813 est la date à laquelle Baldwin a construit Recreation. C'était, bien sûr, avant qu'il ne devienne membre du Congrès, une époque où sa principale occupation était celle d'avocat.

Le 10 septembre 1814, Baldwin a payé 2 400 $ à Stephen Barlow pour trois parcelles totalisant 875 acres – « Reno Place », « Dennison’s » et « Wingfield ». Nous supposons qu'il s'agissait de blocs de terre qui complétaient ses plus grandes propriétés. Nous soupçonnons que « Dennison’s » s'applique à Dennison’s Run, qui est peut-être le nom du petit ruisseau qui descend de Cow Hollow jusqu'à Chartiers Creek.

Quoi qu'il en soit, à cette époque, Baldwin possédait une bande continue de terre de trois milles de long sur un mille de large allant de Scrubgrass Run dans le canton de Scott à Mayview à Upper St. Clair.

Le 15 juillet 1816, Baldwin a commencé à vendre des terres avec un bloc de 396 acres allant à James Sawyer pour 8 000 $ (environ 20 $ l'acre pour les terres qu'il avait achetées trois ans plus tôt pour 16 $ l'acre). Cela semble être la majeure partie de Wingfield, délimitée au nord par le Dennison's Run susmentionné. À la même date, M. Sawyer a vendu la même propriété à John McKown pour 8 700 $.

Baldwin était de nouveau occupé le 22 novembre 1819. Il a échangé un petit terrain à Moses Middlewarth contre un autre petit, ce qui lui a ensuite permis de vendre un important bloc de terre à Moses Coulter, 402 acres pour 15 000 $ (37 $ l'acre !). Notre crainte qu'il ait payé trop cher le terrain à l'origine était injustifiée. Cette transaction comprenait probablement la résidence d'été de Baldwin, Recreation.

L'apparition suivante, et probablement finale, du nom d'Henry Baldwin dans le classeur de Pop Ferree est datée du 19 novembre 1827. Elle rapporte la vente d'un shérif de 1050 acres, « terres et immeubles d'Henry Baldwin, fin du comté d'Allegheny, yeoman » à la Banque des États-Unis pour 8 000 $. Nous pouvons comprendre la nécessité d'une vente par le shérif, l'implication de la banque fédérale est un casse-tête.

Le juge Baldwin était certainement une figure nationale importante dans les premières années du XIXe siècle. Nous avons été surpris d'apprendre à quel point il était important dans le développement précoce de Bridgeville.


Construit en 1843 par le juge de la Cour suprême des États-Unis Henry Baldwin, le Baldwin-Reynolds House Museum est la première maison d'histoire, d'art et d'expériences culturelles dans le nord-ouest de la Pennsylvanie. Notre mission est de donner vie à l'histoire et aux arts. et à la vie de notre communauté. Grâce à des visites GRATUITES généreusement parrainées par Armstrong Cable Company, un vaste programme d'événements et de programmes et une immersion complète dans l'une des collections d'art les plus importantes et les plus importantes de l'ouest de la Pennsylvanie, nous sommes fiers de faire avancer cette mission.

De notre célébration bisannuelle "Arbres de Noël" aux dîners-théâtres, conférences et plus encore, le musée est animé d'activités toute l'année!

Arbres de Noël

Le Meadville Garden Club est partenaire du musée depuis plus de 40 ans dans la décoration du manoir pour la saison de Noël. Leur événement toujours populaire sera de retour en 2021!

Grandes performances

Du grand satiriste américain Mark Russell au concert à venir des stars de America's Got Talent, VOX, le musée rassemble les meilleurs et les plus brillants esprits, voix et sens de l'humour à Meadville pour le plaisir et l'enrichissement de la communauté.

Visites gratuites

Grâce à un partenariat avec le Crawford County Convention and Visitor's Bureau ainsi qu'avec ONE Federal Credit Union et Ernst Seeds, le musée est fier d'annoncer que nos visites générales estivales sont gratuites et ouvertes au public. Nous ne pourrions pas être plus heureux de donner vie à l'histoire à plus de personnes chaque année grâce à ce programme !

Jardins botaniques

Le Baldwin-Reynolds House Museum est bien plus qu'un musée. Des jardins sereins aux grandes zones de promenade, le musée fait office de parc public, de jardin botanique et plus encore !


BALDWIN Généalogie

WikiTree est une communauté de généalogistes qui développe un arbre généalogique collaboratif de plus en plus précis et 100% gratuit pour tout le monde pour toujours. S'il vous plaît rejoignez-nous.

Veuillez vous joindre à nous pour collaborer sur les arbres généalogiques BALDWIN. Nous avons besoin de l'aide de bons généalogistes pour développer une complètement libre arbre généalogique partagé pour nous connecter tous.

AVIS DE CONFIDENTIALITÉ IMPORTANT ET AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : VOUS AVEZ LA RESPONSABILITÉ D'UTILISER LA PRUDENCE LORS DE LA DISTRIBUTION D'INFORMATIONS PRIVÉES. WIKITREE PROTEGE LES INFORMATIONS LES PLUS SENSIBLES, MAIS UNIQUEMENT DANS LA MESURE INDIQUÉE DANS LA CONDITIONS D'UTILISATION ET POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ.


Baldwin, Henry - Histoire

À propos de Baldwin Crane & Equipment Corp.

En 1957, William Henry Baldwin et ses quatre fils (Lionel, William, David et Ernest) fondent Baldwin Steel Erection. M. Baldwin a fait preuve d'une éthique de travail et d'une innovation qui sont devenues la base du succès de l'entreprise. Ces principes n'étaient pas nouveaux pour William Baldwin. En tant qu'immigrant de Terre-Neuve, au Canada, William a commencé à cultiver en Nouvelle-Angleterre. Sa ferme laitière basée à Wilmington, dans le Massachusetts, était l'une des plus grandes de la région.

Partageant les responsabilités agricoles avec ses enfants, William Henry accepte un deuxième emploi de ferronnier, qui devient sa passion. Finalement, la ferme de Wilmington a été vendue pour financer le démarrage de Baldwin Steel Erection. Avec toute leur énergie désormais concentrée dans un seul domaine, la famille Baldwin allait développer l'une des plus grandes entreprises de montage à Boston, soutenue par une flotte de grues en expansion.

Avec William Earl Baldwin (deuxième génération) en tant que président, la société acquerrait de l'expérience dans la construction de projets à Boston tels que le McCormick Building, la State Street Bank et le terminal nord-est de l'aéroport international Logan. L'expérience d'exploitation acquise par Ernest Baldwin est devenue critique alors qu'ils se préparaient pour leur prochaine entreprise.


Réponse de crise : (888) 890-6888

Des bureaux: 232, rue Andover
Wilmington, MA 01887

Téléphone: 978.657.7555
Fax: 978.657.5647


Baudouin IV

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Baudouin IV, de nom Baudouin le Lépreux, Français Baudouin le Lépreux, (né en 1161 - décédé en mars 1185, Jérusalem), roi de Jérusalem (1174-1185), appelé le « roi lépreux » pour la maladie qui l'a affligé pendant la majeure partie de sa courte vie. Son règne a vu la croissance du factionnalisme parmi la noblesse latine qui a affaibli le royaume pendant les années où son plus grand adversaire, le chef musulman Saladin, a étendu son influence de l'Egypte à la Syrie.

Éduqué par William, archidiacre de Tyr, Baudouin fut couronné quatre jours après la mort de son père. Too young at age 13 to rule the kingdom, he was assisted by his kinsman Raymond III, count of Tripoli, who acted as his regent until 1176. Baldwin’s health steadily deteriorated, requiring periodic appointment of other regents and contributing to power struggles among the nobility.

In November 1177 Saladin marched from Egypt to attack Ascalon, and Baldwin rushed to the aid of the city. Trapped within its fortifications, he broke out and defeated Saladin near Mont Gisard. A two-year truce was arranged in 1180, but, soon after it expired, Saladin captured Aleppo (June 1183), thus completing the encirclement of Jerusalem.

In an attempt to keep the succession to the throne in his family, the childless Baldwin crowned his nephew King Baldwin V in November 1183, naming Raymond of Tripoli and Jocelin III of Courtenay the boy’s guardians.


Histoires-Entreprises.com

Adresse:
822 Bishop St.
B.P. Box 3440
Honolulu, Hawaii 96801-3440
ETATS-UNIS.

Telephone: (808) 525-6611
Fax: (808) 525-6652

Statistics:

Entreprise publique
Incorporated: 1900 as Alexander & Baldwin, Ltd.
Employees: 3,709
Sales: $979.5 million
Stock Exchanges: NASDAQ
SICs: 4423 Deep Sea Domestic Transportation of Freight 2061 Raw Cane Sugar 7359 Equipment Rental & Leasing Nec 6552 Subdividers & Developers Nec

Alexander & Baldwin, Inc., one of the original 'Big Five' Hawaiian companies, is a diversified corporation with operations in ocean transportation, container leasing, food products, and property development and management. Ocean transportation, overseen by Matson Navigation Company, Inc., a wholly owned subsidiary, accounts for about 56 percent of the company's revenue. Through Matson, Alexander & Baldwin (A&B) is the leading carrier of containerized cargo and automobiles between Hawaii and the U.S. Pacific Coast and is the ninth largest lessor of marine shipping containers in the world. Matson's fleet provides services to several other Pacific islands as well. Another six percent of A&B's revenue is generated by its container leasing operation, conducted through Matson Leasing Company, Inc., a wholly owned subsidiary of Matson Navigation. A&B conducts its food products business through another wholly owned subsidiary, A&B-Hawaii, Inc. (ABHI), whose California and Hawaiian Sugar Company is the largest producer of raw sugar in Hawaii ABHI also is the largest coffee grower in the United States. Food products contributed about 31 percent of A&B's revenue in 1993. A&B's fourth major business segment, property development and management, is also conducted by ABHI. In 1994, the company owned about 94,000 acres of land in Hawaii, the majority of it on the island of Maui. Property development and management provided about seven percent of the company's 1993 revenue.

Although A&B was not incorporated until 1900, the company was founded 30 years earlier by the two men whose names it bears, Samuel T. Alexander and Henry P. Baldwin, both sons of missionaries living in Hawaii. Longtime friends, the two men began working together in the mid-1860s, when Alexander hired the younger Baldwin as his assistant in managing a sugar plantation in Waihee on the island of Maui. In 1869, the pair purchased 12 acres of land in central Maui, and, the following year, with an additional 559 acres, they established their own plantation, which marketed sugar on the mainland through such exporting firms as Castle & Cooke. Alexander and Baldwin became in-laws that year when Baldwin married Emily Alexander, his partner's sister.

By 1876, the volume of sugar cane growing on the plantation had increased so much that the readily available supply of water could not support it. To address this problem, Alexander devised a sophisticated irrigation plan that involved the construction of a gigantic ditch through rain forest terrain. The resulting Hamakua ditch, 17 miles long and capable of carrying 60 million gallons of water a day from the waters of East Maui, was completed in 1878 and served as the model for many other such irrigation projects throughout Hawaii.

The partnership of Alexander and Baldwin was incorporated in 1883 under the name Paia Plantation. That year, Alexander resigned as manager of the neighboring Haiku Sugar Company, a position he had held since before the opening of Paia, and moved to California, leaving Baldwin to manage both plantations. Over the next few years, Paia acquired controlling interest in Haiku, as the partners continued to acquire land and expand their sugar production.

In 1894, A&B launched its own sugar agency, based in San Francisco. The agency was headed by Alexander's son, Wallace, and Joseph P. Cooke, son of Castle & Cooke co-founder Amos S. Cooke. In its first year of operation, the Alexander & Baldwin agency turned a profit of $2,670. By 1899, A&B was serving as agent for a formidable collection of companies, including the Paia and Haiku plantations, the Hawaiian Sugar Company, and the Hawaiian Commercial & Sugar Company (HC&S) and its subsidiary, Kahului Railroad Company.

By 1900, the company had outgrown its partnership structure, and a new corporation, Alexander & Baldwin, Ltd., was formed. The company's headquarters were in Honolulu, a branch office was maintained in San Francisco, and Baldwin served as president. That year, the corporation reported its first annual profit, of $150,000. A&B went into the insurance business the following year, establishing a division overseen by Alexander's son-in-law, John Waterhouse. By 1920, the division was acting as agent for several established insurance companies, including Home Insurance Company, German Alliance Insurance Association, and the Commonwealth Insurance Company, all based in New York. The insurance division thrived for several decades before it was sold off in 1967.

Another new entity, the Maui Agricultural Company (MA Co.), was founded in 1903, in order to offset the effects of the Organic Act, which limited the amount of land a new corporation could hold to 1,000 acres. In response, A&B formed five companies with less than 1,000 acres each. These five companies were then combined with the Paia and Haiku plantations to form MA Co. In MA Co. and HC&S, A&B now controlled the operations of two of Maui's most important plantations.

Samuel Alexander died in 1904. In 1906, Henry Baldwin was succeeded as manager of HC&S by his son Frank, and when Henry died five years later, Frank became HC&S president, a position he would retain until his death in 1960. Both MA Co. and HC&S prospered during the first part of the twentieth century. In 1908, the two companies jointly formed the East Maui Irrigation Company (EMI) to manage the extensive system of irrigation ditches that was in development. In 1917, MA Co. built a distillery for producing alcohol from molasses, the first such facility in the United States. HC&S completed several other major projects during this time, including the construction of the new Waihee ditch and the modernization of its power plant and other equipment. Another plantation, Kihei, was merged into HC&S during this period as well.

A&B's cargo shipping business was developed to complement its sugar operations. In 1909, the company became a minority shareholder in Matson Navigation Company, which had been handling most of A&B's shipping between Hawaii and San Francisco for years. A&B continued to increase its investment in Matson, and the company eventually became a wholly owned subsidiary of A&B in 1969.

Wallace Alexander served as CEO of A&B from 1918 to 1930. During this time, the company began marketing pineapples, EMI completed construction of the Wailoa ditch, its final major ditch project, and A&B's headquarters building in Honolulu was completed. The following year, John Waterhouse succeeded Wallace Alexander as company president.

The 1930s were a period of technological advancement in A&B's sugar operations. In 1932, the company completed construction on the Alexander Dam, one of the largest hydraulic fill earth dams in the world. The Alexander Dam, located at the company's McBryde plantation, cost over $360,000 to build and was the site of a 1930 mud slide that killed several people. Both HC&S and MA Co. switched from steam plows to tractors around this time, and HC&S began mechanical harvesting on a large scale in 1937.

A&B sold its Hawaiian Sugar Company plantation in 1941. Although this plantation remained productive and profitable, it was situated on leased land, and A&B was unable to negotiate favorable lease terms or a purchase agreement. In 1945, Waterhouse was replaced as president of A&B by J. Platt Cooke, who served for a year before turning over the office to Frank Baldwin. In 1948, the HC&S and MA Co. plantations merged, creating one large plantation operating under the HC&S name. The two plantations produced over 100,000 tons of sugar during the first year of the merger. Soon thereafter, the plantation began to phase out its railroad distribution system in favor of trucking.

At the end of the 1940s, A&B began to move into property development, forming Kahului Development Co., Ltd. as a subsidiary of HC&S. In response to the complaints of plantation employees regarding the inadequate housing available to them, Kahului Development built a new residential community, which was opened in 1950 and became known as Dream City. This development gradually evolved into the city of Kahului, Maui's most populous community.

A&B operated several general stores on plantations and railroad sites. In 1950, its stores and equipment manufacturing concerns, as well as the lumberyard and mill operations of the Kahului Railroad Company, were organized under the A&B Commercial Company. The following year, A&B opened the first A&B Super Market, as well as the Kahului Store, Maui's first complete department store.

The company made several technological strides in its sugar operations during the 1950s. In 1951, HC&S's two factories combined to produce a record 151,000 tons of sugar. Several improvements in machinery for weed control and harvesting were introduced during this time, and, in 1957, HC&S put the world's largest bagasse (cane residue) burning boiler into operation at its Paia sugar factory.

Up until the 1960s, A&B had remained essentially a sales agent that held substantial interest in the companies it represented. Its income came from agency fees and dividends on the stock it owned in its client companies. However, this began to change as A&B started turning many of its clients into subsidiaries. Much of this shift took place under C.C. Cadagan, who was named president of A&B in 1960, becoming the first chief executive from outside the founding families. In 1962, HC&S was merged into A&B, becoming a division of the company. HC&S's three subsidiaries, Kahului Railroad Company (KRR), East Maui Irrigation Company, and Kahului Development Company all became subsidiaries of A&B. A&B Commercial Company, which ran the HC&S plantation stores, was made a division. At the same time, the last word of the company's name was changed from Ltd. to Inc.

Using funds it had received from the liquidation of Honolulu Oil Corporation, a company in which it had initially invested in 1911, A&B acquired a 94 percent controlling interest in Matson Navigation Company in 1964. The following year, the company eliminated what remained of KRR's unprofitable railroad operations, and that subsidiary was later renamed Kahului Trucking & Storage, Inc. By the end of the decade, the company had terminated its pineapple business and had increased its holding in Matson to 100 percent. The McBryde and Kahuke plantations had become wholly owned subsidiaries as well.

The 1970s were a frustrating period of stalled expansion plans for A&B. In 1970, Allen Wilcox was named CEO, replacing Stanley Powell, Cadagan's successor four years earlier. Under Wilcox, A&B abandoned its plans to expand its Far East shipping operations, choosing instead to concentrate on its business closer to home, such as developing some of its Maui land for resort use. Another change in leadership took place in 1972, when Lawrence Pricher was named CEO. Under Pricher, the company launched another expansion push, which included investments in oil refiner Pacific Resources, Inc. and Teakwood Holdings Ltd. (a Hong Kong furniture company), the purchase of Rogers Brothers Co., (an Idaho potato business), and the formation of a consulting firm called A&B Agribusiness Corporation. None of these ventures proved particularly fruitful, and, at the same time, some earlier investments that also proved unprofitable were sold off, including Edward R. Bacon Company and Acme Fast Freight, Inc. With the price of sugar falling, and profits at Matson unimpressive, A&B's net income remained sluggish through the mid-1970s.

Yet another change in command took place in 1978, when Gilbert Cox left Amfac Inc., Hawaii's biggest sugar producer, to assume the presidency of A&B. Cox's strategy for growth involved selling off most of Pricher's small acquisitions, such as the potato company, and using the money for a major acquisition. In 1979, an agreement was reached under which A&B would acquire the 80 percent of Pacific Resources it did not already own. However, this deal fell through following opposition from a group of stockholders led by well-known investor Harry Weinberg.

The rapid succession of new presidents at A&B finally slowed in 1980 with the arrival of Robert Pfeiffer, formerly the CEO at Matson. An upward swing in sugar prices helped boost the company's profits that year, and, by 1983, sugar accounted for 21 percent of A&B's $395 million in sales. As the company again considered diversification, Harry Weinberg, Hawaii's largest individual landowner, increased his holding in A&B to 25 percent. In 1984, Weinberg forced a proxy battle for control of the company, arguing that A&B's land holdings were worth far more than its books indicated and that property development should be the company's top priority. Unlike most of his boardroom conflicts with large Hawaiian companies, however, this one ended with Weinberg and his associates forced off the A&B board of directors.

In January 1987, A&B got rid of its merchandising division, selling A&B Commercial Company to Monarch Building Supply, Inc., a Honolulu-based company. By this time, A&B had revenues of $655 million, the bulk of which was generated by Matson, which controlled about 75 percent of the container cargo shipping market between Hawaii and the West Coast. Between 1983 and 1987, profits more than doubled to $120 million, and about three-fourths of that total came from Matson. In the late 1980s, A&B sold off its remaining shares of Pacific Resources to Australia's Broken Hill Proprietary Company and began preparing to grow coffee through a joint venture between its McBryde subsidiary and Hills Brothers. A&B recorded net income of $199 million on revenue of $846 million in 1989. Two years later Pfeiffer passed the reins of the company to John C. Couch, who became president and CEO. Couch had served A&B for 15 years, initially with Matson Navigation Company.

A&B's revenues stagnated and net income slumped during the first part of the 1990s. With sales hovering around the $750 million mark from 1990 to 1992, company earnings dipped to under $19 million in 1992, the lowest level in over a decade. That figure included a $15.8 million charge to cover losses from Hurricane Iniki, which devastated Kauai in 1992. Nevertheless, A&B mounted a successful comeback the following year. The company reported major increases in both profit and revenue, up to $67 million and $979 million, respectively. Moreover, in June 1993, A&B's purchase of the 72 percent of California and Hawaiian Sugar Company that it did not already own helped bolster revenues and profits. As the global economy improved during the first half of 1994, A&B expected to see gains in its shipping and container leasing operations, as well as increased profits from real estate leasing. A&B was the last of Hawaii's Big Five companies to remain independent and based on the islands its durability over more than a century of operation has proven that a mainland address is not a prerequisite for long-term success.

Principal Subsidiaries: A&B-Hawaii, Inc. A&B Development Company A&B Properties, Inc. California and Hawaiian Sugar Company East Maui Irrigation Company, Ltd. Kahului Trucking & Storage, Inc. Kauai Commercial Company, Inc. Kukui'ula Development Company, Inc. McBryde Sugar Company, Ltd. South Shore Community Services, Inc. South Shore Resources, Inc. WDCI, Inc. Matson Navigation Company, Inc. Matson Intermodal System, Inc. Matson Leasing Company, Inc. Matson Services Company, Inc. Matson Terminals, Inc.

'Alexander & Baldwin: Cutting Sugar's Role with Big Acquisitions,' Business Week, February 12, 1979, pp. 88-91.
'Alexander & Baldwin: Will It Put Its Money Where Its Mouth Is?' Business Week, March 19, 1984, pp. 92-93.
Beauchamp, Marc, 'Hunkering Down Is No Strategy,' Forbes, October 31, 1988, pp. 54-62.
'Can Alexander & Baldwin Do It Again?' Financial World, May 15, 1981, pp. 27-28.
Christensen, Kathryn, 'After Years of Turmoil, a Hawaii Sugar Firm Returns to Stability,' Wall Street Journal, August 20, 1981 p. 1.
Cieply, Michael, 'East of Eden,' Forbes, January 31, 1983, pp. 34-36.
Davies, John, 'Coffee Replaces Sugar in Some Hawaiian Fields,' Journal of Commerce, July 9, 1990, p. 1A.
Garcia, Art, 'Spotlight on Alexander & Baldwin,' Journal of Commerce, April 7, 1980, p. 3.
'An Hawaiian Company Invests Its Sugar Profits,' Business Week, April 14, 1975, pp. 80-81.
Smith, Christopher, and Cynthia Green, 'A Seasoned Raider Loses His Touch,' Business Week, May 13, 1985, p. 31.
'A Sweet Stock from the Islands,' Fortune, November 25, 1985, pp. 161-68.
Wastler, Allen R., 'Accounting Changes, Iniki Fallout Depress Alexander & Baldwin Profit,' Journal of Commerce, February 3, 1993, p. 1B.
Zipser, Andy, 'When Its Ship Comes In,' Barron's, pp. 28-29.

Source: International Directory of Company Histories , Vol. 10. St. James Press, 1995.


Voir la vidéo: Alec Baldwin Was Almost Henry Hill in Goodfellas (Janvier 2022).